A l’eau maman bobo

img_2946Chaque jour qui passe me donne l’espoir de voir ma vie reprendre son cours.

Chaque jour qui passe me donne l’envie de me voir redémarrer là où je me suis endormie.

Mais chaque jour qui passe me montre que des traces sont encore bien tenaces.

Mademoiselle fatigue m’empêche d’avancer au rythme normal d’une journée. J’ai beau l’affronter et la challenger, elle trouve le moyen de m’hypnotiser et me coucher comme une vieille mémé.

Des bébés cheveux pointent le bout de leur nez, mais ils n’ont rien trouvé de mieux que de choisir le blanc des petits vieux. C’est bien plus joli qu’une tête de chauve-souris, mais j’ai le sentiment d’être une mamie.

Mes papilles se réveillent, je retrouve le goût simple du sucré et du salé, mais mon corps entier l’avait oublié, je finis bien trop souvent sur les cabinets.

Ma féminité m’appelle, mes souliers m’attirent, mais mes jambes et mes mollets n’arrivent toujours pas à les supporter. Les baskets c’est chouette, les pantoufles aussi, mais ça n’est quand même pas super sexy.

Mon corps s’allège petit à petit de ces kilos rondement installés, mais il en reste bien trop pour que je me sente à l’aise devant un apéro.

Mes ongles, mes doigts, mes cils, ma peau, tout est fragile, et ramollo…

Mes collègues me manquent, j’ai envie de remonter sur ce bateau rempli de matelots, mais l’idée de ne pas y arriver me coupe l’herbe sous le pied.

J’ai pourtant essayé cette semaine d’y retourner. Malgré le plaisir de revoir tous leurs sourires, je me suis sentie effrayée face à leurs jolis yeux emplis de joie rien que pour moi.

Ça n’est pas si facile d’assumer tous ces regards qui m’avaient oubliée.

Ils se souviennent de moi avant, et le moi maintenant est bien différent.

Les traces sont visibles, je peux toujours essayer de tricher mais je ne peux pas tout cacher.

Je dois les accepter toutes ces marques de moi nouveau, je dois les assumer ces cicatrices même au boulot.

Je sais au fond de moi que quelle que soit la couleur de mes cheveux, ils reconnaîtront mon sourire qui lui n’a pas changé.

Je sais au fond de moi que quelle que soit mon énergie, ils sauront apprécier le peu que j’aurai à donner.

Je sais au fond de moi que quelles que soient mes chaussures, ils reconnaîtront mon pas assuré.

Je sais au fond de moi que quel que soit mon appétit, ils aimeront ma compagnie.

Tout cela est « au fond de moi » sous la fragilité, le manque de confiance, la peur, la honte et même la méfiance. Cela me pousserait bien à abandonner avant d’avoir essayé.

Mais mon chef dit très souvent que ça n’est pas en restant sur le bord qu’on apprend à nager.

Alors c’est décidé, c’est dans un mois que je plongerai. Si je le fais, c’est parce qu’une chose est sure, si je panique, il y aura toujours quelqu’un pour me rattraper par le maillot de bain.

4 commentaires

  1. Oh mais qu’elle excellente nouvelle ! Tu repars sur les chemins du travail quotidien et pourtant ce n’est pas toujours une tâche facile … la vie reprends son court et ton corps n’aura pas d’autre choix que de te faire confiance, de s’adapter, d’avancer et il le fera bien volontiers… toi qui l’a défendu, protéger, aider, mis à l’abri de l’attaque du vilain,des mauvais traitements du danger physique et moral. C’est avec lui, ensemble main dans la main que vous avancerez car lui et toi vous ne faites qu’un … Énorme bise dame Valoo

    Aimé par 1 personne

  2. vos textes sont magnifiques et surtout continuez à écrire cela nous (a vous et à nous ) fait du bien
    protégez vous dans votre navire il y a des bouées pour ca
    J ai mis 2 mois à m en remettre après ma reprise tellement je me sentais changée et surtout recalée
    Merci encore pour nos textes

    Aimé par 1 personne

  3. J ai souvenir que mon joli sac rouge vous avait tapé dans l’oeil ! Je l ai toujours, il n a pas changé et ca peut rendre aussi très feminine, plus que les chaussures si vos pieds n en veulent toujours pas !!
    Une idée à suivre.
    Courage, mon sac est avec vous 🙂

    Anne-Gaëlle

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s