Retour vers le futur

Cela fait bientôt deux mois que la chimiothérapie est terminée et ce n’est qu’aujourd’hui que je ressens l’envie de crier « Youpi ».

Est-ce l’approche de Noël qui me donne des ailes? Non je ne crois pas, de vrais signes sont là, je les sens, je les vois.

Envolé le maillot ticket de métro, enfin sauf si je décide que c’est plus beau.

Envolée la peau asséchée et cartonnée, je peux enfin râler de voir mon nez briller.

Envolés les yeux dépourvus de cils, des petites pousses sont là, bientôt le mascara réapparaîtra.

Envolée la douleur du barrage à aiguille, la cicatrice a décidé de la fermer et me laisser tranquille.

Envolé l’épuisement qui empêche d’avancer, place à la petite fatigue bien moins dure à supporter.

Envolée ma peur de m’effondrer, c’est l’adrénaline qui revient dans ma routine.

Ce ne sont que des prémisses évidemment, mais ces progrès sont bien réels. Ils s’imposent à moi, je les vois.

Depuis quelques jours, je ressens enfin ce bonheur de me retrouver un peu comme avant ce marathon du nichon.

Je me surprends en train de sourire toute seule le matin face à mon visage dans le miroir de la salle de bain.

Il y a bien quelques vilains qui tentent de me barrer la route, me plonger dans le brouillard.

Les bobos de jambes, la vue qui flanche et les kilos en trop me tirent la langue pour me rappeler la chimio dans le rétro.

Mais ils sont si ridicules face à tous les signaux positifs que je vois enfin. Il me suffit d’un coup d’essuie-glace pour qu’ils s’effacent.

Tous les feux sont au vert, je peux redémarrer, repartir, m’envoler. Collée au siège de ma voiture, c’est mon « retour vers le futur ».

Je ne suis plus passagère en route vers une destination mystère. C’est bien moi qui le conduis ce petit bolide, c’est bien moi qui décide.

Je ne ferai pas d’excès de vitesse c’est promis.

Je vais le respecter ce code de la route, ce protocole qui rend folle.

Je vais me l’imposer cette pause toutes les deux heures pour que le voyage soit meilleur.

Je vais les effectuer les contrôles systématiques des pneumatiques. Je ne vais pas risquer ma sécurité et celle de mes nénés.

Je vais gentiment y aller à la pompe à thérapie, toutes les trois semaines comme on me l’a dit, pour bénéficier de ma garantie.

Je vais savourer ce démarrage et profiter du paysage.

Je sais qu’il est long et sinueux, mais il peut aussi être paisible et joyeux.

Un commentaire

  1. Comme toi j’ai hâte de redécouvrir mon corps et toutes ses sensations que tu décris d’ouvrir mon âme… et pourtant il n’a pas encore subi sa chimiothérapie. J’ai hâte de le connaître, lui aussi, se traitement nécessaire à effacer le traumatisme, de toutes ses épreuves déjà passées et de celles qui vont s’ecouler pour enfin pouvoir renaître encore plus forte,plus proche de ma nature intraséque, plus spirituelle, plus légère, plus gaie, plus vive … moins conditionnée par mes démons émotionnels. Joyeux Noël Valérie et que toutes tes changements dure longtemps longtemps longtemps ❤️

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s