Le chaud et le froid

Le 26 mars 2018 est une journée comme les autres, en dehors d’une mammographie de contrôle.

J’ai même du plaisir à aller lui dire bonjour à Mon Docteur Mammo qui depuis 7 ans maintenant m’annonce de bonnes nouvelles que je fête au resto.

Je me fais jolie pour lui, je me dis qu’il mérite bien ça, ce monsieur « diagnostiqueur de malheur » qui m’épargne des pleurs depuis tant d’années.

Mais ça, c’était avant la mammo!

Et oui, ce 26 mars n’est pas une journée comme les autres. Elle vire au cauchemar en une fraction de seconde, me donne une claque dans la tête, m’enfonce son poing dans le ventre, me met les genoux à terre.

Ma petite dame, il y a une drôle de tâche à l’image, nous allons faire une petite biopsie pour y voir plus clair.

Une petite biopsie? Parce qu’on peut choisir la taille si on en a envie?

Mais ne vous inquiétez pas, c’est seulement qu’avec vos antécédents, il est préférable de vérifier tout ça.

Bon d’accord Docteur Mammo, mais là, vous ne me rassurez pas du tout. Votre visage est bizarrement devenu aussi gris et pâle que vos cheveux. Cela fait 7 ans maintenant que je vous connais, alors on ne me la fait pas à moi : c’est la merde ou pas ?

Euh, ben, euh, je ne vous cache pas que cela m’inquiète un peu. Mais seule une biopsie nous dira les choses avec précision.

Ok Docteur Mammo, sur une échelle de 0 à 10, vous êtes inquiet comment? Soyez franc.

Euh, disons 8, et gardons 2 petits points d’espoir, car il faut toujours y croire.

Oh je regrette de vous avoir posé la question. Je vous remercie de votre sincérité mais je commence à me dire que vous auriez dû me mentir. Je sais que ça n’est pas joli mais tant pis.

Moi jee veux croire aux 2 petits points d’espoir, au miracle s’il le faut.

Mes amis, mes amours, on s’accroche avec moi, on croise tous les doigts, j’ai dit tous les doigts (vous en avez 20 chacun si je compte bien), on allume des cierges, on fait des prières, on sort les poupées vaudou et tout le toutim !

Je vous en supplie, aidez-moi!

Non, non et non, je ne veux pas revivre ce calvaire, ce parcours du combattant.

Non, non et non, je ne veux pas annoncer cela à mes enfants.

Non, non et non, je ne veux pas faire pleurer mon mari.

Non, non et non, je ne veux pas rendre tristes les gens que j’aime tant.

Non, non et non, je ne veux pas perdre mon boulot encore un fois à cause de ça.

Non, non et non, je ne veux pas revivre cette croisade, ce combat.

Lutter contre la mort n’est pas une vie.

Je vous en supplie, aidez-moi !