Tic Tac…

L’heure tourne, les jours passent, le temps des gros traitements s’efface, et je me bats contre leurs traces. Les cicatrices douloureuses, les bilans incessants, l’épuisement au moindre vent… Tous ces petits événements sèment le doute dans mon esprit maintenant.

Vais-je redémarrer un jour? Vais-je retrouver un peu de mon insouciance? Vais-je être en mesure de créer mon futur? Vais-je avoir l’énergie de sourire à la vie, d’y croire autant qu’avant?

Depuis deux ans, à chaque fois que je pense apercevoir un rayon de lumière qui semble me guider vers un avenir plus doux et sur terre, je le vois se faire emporter par la vague de ce cancer. Cette croisade m’a affaiblie bien plus que je ne l’imaginais. J’ai le sentiment d’avoir perdu tellement de choses, tellement de moi que je ne retrouverai pas. Il ne s’est pas contenté de me voler quelques années et deux beaux nénés, ça je l’aurais supporté. Il s’est emparé d’une partie de mon énergie que je n’arrive pas à retrouver, de certains de mes muscles qu’il a dévorés, de ma mémoire qu’il a affaiblie, de mes os qu’il a grignotés, de certains amis qui se sont enfuis, de ma vie professionnelle qu’il a mise en veille… Le bilan est long et douloureux à énumérer, c’est à en faire pleurer.

On dit très souvent que les épreuves renforcent, que l’on ressort grandi de ses expériences qui sont plus fortes que la souffrance. J’ai aussi lu récemment que certains remercient leur maladie pour leur avoir sauvé la vie…
Je ne sais pas si je suis dans ce cas, cela fait quand même deux fois que le cancer s’invite chez moi. Il me dit quoi celui-là? Que je n’étais pas sur le bon chemin? que je me plante tous les sept ans sur mon destin?

Si je me pose toutes ces questions aujourd’hui, ça n’est pas un hasard je crois… Presque tous les voyants sont au vert, ils m’autorisent à penser que bientôt je vais pouvoir traverser et avancer… Le moment n’est pas encore arrivé, mais c’est la première fois que j’ai le droit d’y songer.

Et là, c’est la panique… Je vais faire quoi?

Si je décide d’aller tout droit, de reprendre mon chemin là où il s’est arrêté, que va-t’il se passer? Est-ce que je repars sur quelques années de tranquillité jusqu’à ce que Monsieur Cancer me secoue le derrière pour m’expliquer que je me suis encore plantée?
Si je décide de prendre un virage, d’explorer un nouveau chemin qu’il ne connait pas bien, est-ce que cela me permettra de le semer, au moins de l’éloigner? Franchement je n’en sais rien.
C’est plutôt tentant de partir en vadrouille, de découvrir de nouveaux horizons, encore faut-il être aventurière, ne pas avoir froid au derrière… Et ça, et bien il me l’a aussi dérobé ce vilain cancer.

J’ai peur de tout, d’un avenir à souffrir, d’une mort prématurée, d’une vie sans vie à cause de lui.
Je suis tellement épuisée de tout, essoufflée de moi, fatiguée de lui que j’ai beaucoup de difficultés à positiver. Pourtant, tout n’est pas à jeter.
Jamais sans lui je n’aurais écrit ni photographié ma vie et mes ressentis.
Jamais sans lui je ne me serais engagée dans l’aventure des roses poudrées.
Jamais sans lui je ne me serais permise de prendre des pinceaux et me prendre pour Picasso.
Jamais sans lui je ne me serais sentie cette belle personne que je suis de l’intérieur et de l’extérieur.
Alors, je ne crois pas qu’il m’ait sauvé de moi, mais je crois qu’il m’a modifiée à jamais.

Avant de penser à ce que je vais bien pouvoir faire de mon petit derrière, avant de me décider quant à ma destinée, avant de savoir si c’est tout droit, à droite ou à gauche que j’irai, il est temps pour moi de m’arrêter pour de vrai, de profiter, de me reposer, de ne pas penser, de laisser faire, laisser pisser…

Si j’arrive à lâcher prise, ce sera le premier succès de ma nouvelle vie : croire en moi quoi qu’il en soit.

4 commentaires

  1. Je ne sais pas pour les chemins, j’en ai pris tellement dans ma vie qui ont fini dans des impasses à cause de personnes pas bienveillantes ou à cause de la maladie…Mais tu as raison il te faut récupérer d’abord et ceci dit chaque jour reste un chemin même quand on ne l’a pas choisi. Je suis contente que tu aies cette chance de pouvoir te projeter bientôt et bravo pour tout ce que tu as réussi à réaliser, même malade !

    Aimé par 1 personne

  2. Oh merci ♡ le succès c’est d’aller échec en échec avec enthousiasme dit Churchill et cela a souvent été mon cas 😂 pas que heureusement. Mais je ne te souhaite pas d’impasses , seulement de belles destinations.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s