La team

Le 16 mai, c’est la perte d’une bataille. Et quand on perd, on pleure, on souffre, on râle. Mais un guerrier se bat pour gagner, il accepte de tomber à la fin d’une bataille, mais il a le courage de se relever et de s’appuyer sur ses équipiers pour continuer à avancer. Tout est dit, je vais faire pareil. Il a dit quoi mon plombier? On va essayer d’avoir un 2ème avis, alors allons-y…

Un 2ème avis… Cette bataille raisonne comme un nouvel espoir pour moi, je vais peut-être rencontrer un espèce de magicien qui me dirait oui à tout ce que je demande. Je suis sympa moi, je n’attends pas qu’on me dise que toute cette histoire est une blague et que je suis filmée pour une caméra cachée, genre the Truman show, mais en version Hosto. Je demande juste au magicien de me dire oui : « Oui Madame, nous pouvons vous guérir en conservant votre identité de femme, votre sensualité, ne pas trop vous abîmer pour que vous puissiez continuer à vivre comme vous le souhaitez ».

Ok, il font quoi les guerriers déjà? ils boivent un coup avec leurs potes, ils mettent en place une nouvelle stratégie pour la future bataille, et surtout, ensemble ils se sentent forts, indestructibles.

Et bien en voilà une bonne idée. Après avoir essayé en vain toute seule dans mon coin, le 18 mai, j’envoie des SMS à toute ma Team : « Salut les amis, suite à mon RDV de ce matin qui n’est pas super satisfaisant, nous voulons obtenir un autre avis, mais voilà, j’ai passé quelques coups de fil et c’est pas si simple d’obtenir un RDV. Auriez vous des idées, du réseau, un coup de pouce? »

Et alors là, je ne m’en remets encore pas, mon téléphone bipe de partout, ils sont tous là, ils ont tous des idées, des amis d’amis, des cousins, des tontons, des collègues qu’ils contactent pour moi. Un truc de dingue en fait. Je suis même obligée de noter sur un carnet les différentes pistes avec leur état d’avancement, je suis à la limite de devoir recruter un standardiste… Je suis bouleversée d’autant d’amour, d’engagement. j’ai quand même failli aller consulter à Lisbonne, vous y croyez?

Nous sommes vendredi soir, je suis emplie d’espoirs, je me sens légère et c’est tant mieux car demain je suis de mariage en tant que témoin de l’amour de deux magnifiques tourtereaux. Et oui, la vie continue avec tellement de belles choses à partager, je ne veux pas en perdre une miette.

Ok les amis, on dit que ce week-end, vous continuez à travailler pour moi pendant que je bois quelques flûtes de champagne et on se refait une petite réunion de travail dès mardi matin. En cas d’urgence, veuillez laisser votre message à mon standardiste (j’aurais vraiment dû en recruter un…).

Mardi matin, chaque piste recule, l’espoir se brise, s’éloigne, mon corps s’émiette mais je tiens, j’ai quand même un super contact qui semble vraiment bien avancer, alors je m’accroche… Et j’ai raison de m’accrocher, de ne pas lâcher. De toute façon, je n’ai pas trop le choix, j’ai essayé et je me suis faite engueulée direct (merci maman).

Ma copine Caro m’appelle mardi midi, elle est particulièrement excitée, et elle me dit « écoute, je suis désolée, mais tu sais Patricia, ma collègue, celle qui me demande tout le temps de tes nouvelles, mais que tu ne sembles pas connaître? Elle veut absolument te parler vite, maintenant, tout de suite ».

« Ok, ok »

« Bonjour Valérie, c’est Patricia, écoute, il faut absolument que tu aies ton 2ème avis, moi j’ai été soignée par une super équipe, si tu veux, je les appelle pour t’avoir un RDV rapidement ».

« Euh, ok »

« D’accord, je les appelle tout de suite, et je te recontacte »

On a raccroché, et je n’ai même pas parlé à ma copine Caro… Mais cette Patricia, elle assure grave comme diraient mes enfants. Seulement 15 minutes plus tard, elle m’appelle et m’annonce qu’elle a un RDV pour moi lundi prochain, le 28 mai, dans 6 jours. Alors là, toutes les miettes de mon corps se rassemblent, je sens tout mon sang s’agglutiner vers mon coeur, je me dis juste un truc bizarre : Faut vraiment que je me renseigne de qui est cette Patricia qui demande sans cesse de mes nouvelles et qui vient de me sauver la mise! Ce qu’elle vient de faire à l’instant, c’est énorme.

Et bien cette petite étoile est la soeur d’une grande amie de ma belle-mère, mais on la connait sous le nom de Patou. Elle a connu mon mari enfant. Elle a dû, elle aussi, se battre pour vaincre un cancer du sein, et maintenant que je sais qui elle est, je le savais aussi pour son cancer. Et elle travaille au même endroit que ma copine Caro. C’est sûr, elle vient d’intégrer la team la Patou. Elle a vraiment insisté auprès de Caro pour que je me bouge pour aller voir ailleurs, mais comme je ne la connaissais, je me disais, mais elle me veut quoi celle-là? Elle me voulait du bien, le meilleur pour moi, et sans rien en échange, juste par amour et générosité, par solidarité de potes guerrières. Je l’aime cette guerrière et j’aime la magie des ses grandes qualités. La Patou devient ma Patou.

Je suis chanceuse

Un commentaire

  1. Je suis très touchée par ton partage en vérité, ton intensité de présence dans chacun de tes témoignages – ton desir et ton courage et au passage sensible à ton écriture… j’ose te dire rdv dans 10 ans pour ton nouveau roman.
    Nous, nous avons exploré beaucoup et pas que la médecine traditionnelle.
    Je me suis formée à l’eft pour gérer le(s) trauma(s) pour moi pour thierry et pour Rose
    La psychologie énergétique et les soins énergétiques peuvent être une réponse très puissante.
    Jean-Michel Gurret est une pointure dans le genre ; il est basé à Lyon et je peux le solliciter en direct si tu le souhaites – il traite aussi les personnes atteintes de cancer.
    À Orleans il y a une praticienne Murielle Thaunat qui est très câblée qui peut être utile également.
    Nous avons été nager avec les dauphins l’été dernier en mer rouge : ils sont de véritables médecins de l’âme. Peut être tu peux lire Olivia de Bergerac. Elle a consacré sa vie à étudier le rapport dauphin-humain et particulièrement les effets thérapeutiques du sonar du dauphin sur les humains
    Et tu peux aussi aller sur le site de frederic Chotard qui s’appelle seadolphin.
    Ces approches nous ont été très utiles. Elles ouvrent sur une vie que nous n’avions même pas imaginé…
    D’ailleurs, nous repartons cet été nager avec nos amis les dauphins. Ils nous font la grâce de nous accompagner dans l’atol de sataya. Alors on y sera et on y retournera !!!
    Je t’embrasse bien fort
    Vero

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s