Boule-versante

Ça y est, c’est fait, le crabe n’est plus là, il a été expulsé, délogé. En moins de deux heures, on l’a viré lui et toutes ses affaires.

Comme il avait tout saccagé ce petit vicieux, on a dû rénover l’habitation dans sa totalité.

Et bien voilà, c’est nickel : un foyer entièrement neuf et high-tech paraît-il.

« Sachez que le résultat est magnifique. Vous en avez de la chance, d’être passée entre les mains d’un magicien. Il vous faudra des petites retouches probablement, mais vous n’êtes pas à l’abri de gagner le concours Tee-shirt mouillé l’été prochain. »

Mon chirurgien est satisfait, il a le regard d’un architecte fier de sa réalisation. Il exprime même une petite frustration : « j’aurais dû rénover le logement voisin en même temps, on aurait amélioré le paysage, et puis le sol est si bon qu’on peut faire de super fondations. »

C’est vrai que c’est incroyable, je viens de le découvrir ce sein : je le reconnais dans le miroir, il n’a pas changé d’enveloppe, et sa forme est presque similaire à mon ancien morceau de moi. J’ai une petite cicatrice sur le côté, et c’est tout.

Quand on se souvient que j’ai failli travailler avec les architectes du coin qui me proposaient une expulsion sauvage du squatteur puis la mise en jachère de mon terrain vague avant de pouvoir envisager une reconstruction potentielle.

Merci mon Dieu, merci mes amis, merci à tout ce qui s’est produit en terme de magie et d’alchimie pour que je me retrouve entre les mains de cet architecte « Le pro du Lolo ».

« Mais alors, c’est quoi le problème exactement? C’est ce que vous vouliez ma petite dame, non? Des nichons tout ronds en forme de yourte ? Vous les avez, ils sont bien là. »

Je ne sais pas ce que j’ai, mais je ne me sens pas vraiment bien, au point de ne pas être capable d’être heureuse d’avoir délogé le vicieux morveux. Je ne me délecte pas de ce plaisir fou et tant attendu. Je n’ai pas de sensation de liberté, de légèreté : rien, il ne se passe rien. Je suis à côté de mon corps.

Je ne profite pas non plus de cette nouvelle belle habitation. Elle n’est pas à moi. L’autre était vétuste, mais elle m’appartenait, je l’ai vue se construire sous les yeux, puis s’écrouler un peu en 2011, mais on l’a réparée et on a continué notre chemin ensemble.

Celle-ci me fait peur, me fait mal, je ne la sens pas, je ne la reconnais pas.

« Allez-y ma petite dame, visitez-donc, faites comme chez vous, elle est à vous ».

Et bien non, je n’y arrive pas et je m’angoisse à l’idée de réussir un jour à m’y faire.

Mais pourquoi j’ai fait ça? Pourquoi ce choix? Après tout, un bon petit terrain vague sans artifice, c’est pas si horrible que ça.

J’ai vraiment honte de penser ainsi, alors que c’est ce qu’il y a de plus beau.

J’ai vraiment honte de penser ainsi, alors que d’autres femmes comme moi n’ont pas de nouveau foyer.

J’ai vraiment honte de penser ainsi, alors que j’ai remué ciel et terre pour l’obtenir.

J’ai vraiment honte de penser ainsi, alors que je vis, je suis jolie, et à moitié guérie.

J’ai tellement honte que je n’en parle surtout pas, je garde ces idées noires au fond de moi plusieurs jours. Je porte mes douleurs physiques et psychiques comme un fardeau et je souris, parce que je n’ai pas le droit de faire autre chose que ça.

« Souris ValooCroft, ça va passer. Respire un coup, regarde autour de toi, tout le monde est heureux pour toi, prends de cette énergie et soit confiante ma belle, tu vas y arriver.

Et surtout! Vire cette honte qui n’a pas lieu d’être, tu la mérites largement cette nouvelle propriété, laisse-lui le temps de te prouver qu’elle te mérite et qu’elle en a de la chance d’être accueillie par une belle nana comme toi. »

2 commentaires

  1. Elle a raison ValooCroft… elle ne peut pas accepter ce changement d’un coup de baguette magique ! Laissons lui du temps…
    Et pourquoi elle remercie tant Dieu, ses amis et toute la clique ? Car c’est bien notre ValooCroft qui s’est battu à donf pour trouver la meilleure solution plutôt que de faire confiance au premier Supermarket du coin !!
    Gros bisous ma copine.

    J'aime

  2. C’est exactement ce que j’ai ressenti, j’avais presque envie qu’on me l’enlève ce nouveau bibou. Douleurs, effets carton, sein figé… ce truc qui ne m’appartenait pas,mais je dois être contente de ma reconstruction immédiate avec ma pam, pour les autres filles qui n’ont eu droit qu’à des cicatrices…alors on fait des sourires de façade, oui merci tout va bien et on ravale des sanglots qui font mal dans le gorge tellement c’est dur de les retenir. En vous lisant, je me sens un plus normale, alors merci, beaucoup.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s